chasteté


chasteté

chasteté [ ʃastəte ] n. f.
casteté 1119; lat. castitas; a remplacé chastée, de chaste
1Vertu, comportement d'une personne chaste (1o). pureté, sagesse, vertu. « Il y avait autour de la jeune fille un tel parfum de chasteté, un tel charme de vertu » (Hugo).
2Absence de relations sexuelles, d'érotisme. continence. « La chasteté peut être imposée par la religion ou par la société » (J. Bernard ). Vivre dans la chasteté. Une chasteté volontaire, forcée. abstinence. Chasteté d'un malade contagieux. Loc. Vœu de chasteté, qui impose la continence absolue, le célibat aux prêtres, aux religieux et religieuses. Ceinture de chasteté.
⊗ CONTR. Concupiscence, débauche, dépravation, immodestie, impudeur, impureté, indécence; érotisme, lubricité, luxure.

chasteté nom féminin (latin castitas) Fait de s'abstenir des plaisirs sexuels, jugés illicites ; vertu des personnes chastes. Caractère de ce qui est chaste, pudique : La chasteté d'un vêtement.chasteté (citations) nom féminin (latin castitas) François, duc de La Rochefoucauld Paris 1613-Paris 1680 […] Ce n'est pas toujours par valeur et par chasteté que les hommes sont vaillants et que les femmes sont chastes. Maximes Mahomet, en arabe Muḥammad La Mecque vers 570-Médine 632 Celui qui reste chaste et meurt d'amour meurt martyr. Tradition musulmane chasteté (synonymes) nom féminin (latin castitas) Fait de s'abstenir des plaisirs sexuels, jugés illicites ; vertu des...
Synonymes :
- pureté
Contraires :
- débauche
- dépravation
- impureté
- lascivité
- lubricité
- sensualité
Caractère de ce qui est chaste, pudique
Synonymes :
- décence
- réserve
Contraires :
- indécence
- obscénité

chasteté
n. f. Vertu qui consiste à s'abstenir des plaisirs charnels jugés illicites; comportement d'une personne chaste.
Voeu de chasteté: voeu de continence prononcé par les prêtres, les religieux, les religieuses.

⇒CHASTETÉ, subst. fém.
A.— [À propos d'une pers.]
1. Vertu consistant à s'abstenir des plaisirs charnels illicites et de tout ce qui s'y rapporte (pensées, etc.); p. ext., à faire preuve de retenue dans les plaisirs charnels licites (dans le mariage). Pratiquer la chasteté; chasteté chrétienne; chasteté conjugale :
1. ... la mariée confie à sa mère « l'ivresse qu'elle a ressentie »; celle-ci l'engage « à cette pureté, à cette chasteté qui sont la base des États et qui font le bonheur d'une famille pendant les siècles entiers ».
FLAUBERT, Par les champs et par les grèves, 1848, p. 385.
Ceinture de chasteté. Cf. ceinture, ex. 6.
PARAD. Anton. incontinence, lubricité; quasi-synon. abstinence, ascèse, innocence, pudeur, réserve, sagesse, vertu, virginité.
Rem. ,,La chasteté prescrit des règles aux plaisirs de la chair; la continence les interdit absolument`` (BONNAIRE 1835). La chasteté est cette vertu considérée en elle-même, la continence est la même vertu considérée par rapport à son opposé, l'incontinence (d'apr. LITTRÉ). ,,On peut être chaste sans être continent, et continent sans être chaste`` (QUILLET 1965).
SYNT. Chasteté inviolable, inviolée; chasteté forcée, (in)volontaire, obligatoire. [Saint] Jérôme appelle la chasteté des veuves, une chasteté laborieuse, parce qu'il faut qu'elles combattent les souvenirs des plaisirs qu'elles ont goûtés (S. MERCIER, Néologie, t. 1, 1801, p. 108).
Au plur. Les chastetés. Les manifestations de cette vertu (désirs qui s'y rapportent, mortifications du corps et de l'esprit qu'une personne s'impose, attitudes inspirées par la chasteté). Des chastetés d'enfant (BANVILLE, Les Cariatides, 1842, p. 46). Les chastetés d'une sainte (A. DUMAS Fils, L'Ami des femmes, 1864, V, 3, p. 187). Les chastetés les plus contenues de la passion (LAMARTINE, Raphaël, 1849, p. 240). Cf. amitié ex. 96 :
2. Enfin, après une cérémonie religieuse, où les anges eux-mêmes semblent lui faire fête, l'enfant pieuse, romanesque, ignorante, se trouve livrée à cet homme qui sait ce que c'est que l'amour, lui! Que vont devenir les pudeurs, les rêves, les chastetés de la jeune fille, en retombant du ciel sur la terre?
A. DUMAS Fils, L'Ami des femmes, 1864, IV, 9, p. 173.
2. En partic., RELIG. Abstinence complète des plaisirs de l'amour. Vœu de chasteté. Renoncement volontaire au mariage en vue d'une plus grande disponibilité au service de Dieu. Une chasteté de cénobite (ZOLA, La Fortune des Rougon, 1871, p. 142). Chasteté perpétuelle. Cf. abstinent ex. 3 :
3. ... quelquefois, le vœu de chasteté était joint à celui de l'obéissance; et remarquez que ces vœux étaient, ainsi que ceux des procès, perpétuels.
HUYSMANS, L'Oblat, t. 1, 1903, p. 202.
B.— [À propos d'un inanimé] Caractère d'une chose chaste; pureté.
1. Abstr. La chasteté des mœurs. Quasi-synon. retenue :
4. ... le vote, en première lecture, de la loi sur les blés montra que 112 membres du parti seulement avaient voté pour Peel, alors que 240 d'entre eux « maintenaient avec Bentick la chasteté de leur honneur ».
MAUROIS, La Vie de Disraëli, 1927, p. 182.
2. Concr. Grand délice que celui de noyer son regard dans l'immensité du ciel et de la mer! Solitude, silence, incomparable chasteté de l'azur! (BAUDELAIRE, Petits poèmes en prose, 1867, p. 17).
3. Spéc., dans le domaine artistique (B.-A., litt., mus.). La chasteté du style. La chasteté de sa mélodie. Aucun d'eux [les sculptiers] n'a su trouver un aussi joli motif; aucun d'eux n'a ce grand goût et cette pureté d'intentions, cette chasteté de lignes qui n'exclut pas du tout l'originalité (BAUDELAIRE, Salon, 1845, p. 79).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1180 « pudicité » (De David li prophecie, 314 ds Z. rom. Philol., t. 19, p. 203); 1656-57 relig. « abstinence totale des plaisirs de la chair » (PASCAL, Provinciales, IV, p. 258 ds IGLF); d'où 2. av. 1654 « correction, pureté du style » (G. de Balzac ds BOUHOURS, Rem. nouv. sur la lang. fr., Paris, 2e éd., 1676, p. 135). Empr. au lat. class. castitas attesté au sens de « chasteté, virginité (ici, en parlant des vestales) » (Cicéron ds TLL s.v., 541, 71), notion reprise dans la lang. des aut. chrét., v. BLAISE; a remplacé l'a. fr. chastée (1121-35, PH. DE THAON, Bestiaire, éd. E. Walberg, 426; attesté encore au XVe s. ds LITTRÉ) dér. de chaste avec suff. -ée (adaptation demi-savante du lat. -, NYROP t. 3, § 198). Fréq. abs. littér. :458. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 697, b) 674; XXe s. : a) 671, b) 587. Bbg. COHEN 1946, p. 13.

chasteté [ʃastəte] n. f.
ÉTYM. 1180; du lat. castitas, de castus, (→ Chaste); a remplacé l'anc. franç. chastée, dér. de chaste.
1 (1180). Vertu qui consiste à s'abstenir de tout plaisir charnel jugé illicite (par une religion, une morale sociale) et de toute pensée considérée comme impure; comportement d'une personne chaste. Ascétisme, continence, pureté, sagesse, vertu. || La chasteté de qqn, sa chasteté. || Une chasteté volontaire, forcée.La chasteté des mœurs.Chasteté féminine. Honnêteté. || Chasteté conjugale. Absolt. || La chasteté (vertu religieuse). — ☑ (V. 1656). Vœu de chasteté : vœu qui impose la continence absolue, le célibat aux prêtres. || La vestale qui avait manqué à son vœu de chasteté était enterrée vivante. || Le vœu de chasteté des prêtres et des religieux. Célibat.
1 La vie religieuse consiste en trois parties essentielles, pauvreté, obédience, chasteté.
Patru, in Littré.
2 (…) que dira-t-on qui soit bon ? La chasteté ? Je dis que non, car le monde finirait.
Pascal, Pensées, VI, 385.
3 La chasteté eut ses martyrs aussi bien que la foi.
Bossuet, Hist., I, II, in Littré.
4 Elle porte (…) la chasteté jusqu'au continuel crucifiement de sa chair.
Fléchier, Panégyrique de sainte Thérèse, in Littré.
5 Il y avait autour de la jeune fille un tel parfum de chasteté, un tel charme de vertu que Phœbus ne se sentait pas complètement à l'aise auprès d'elle.
Hugo, Notre-Dame de Paris, II, VII, 8.
5.1 (…) ces mornes accumulations de scènes érotiques et criminelles dont l'aspect figé dans les romans de Sade, laisse paradoxalement au lecteur le souvenir d'une hideuse chasteté.
Camus, l'Homme révolté, p. 454.
Loc. Ceinture de chasteté.
Abstinence volontaire de relations sexuelles.
5.2 Tu es trop belle pour prêcher la chasteté.
Éluard, Donner à voir, Man Ray p. 197.
(Une, des chastetés). a Manifestations de la chasteté.
5.3 Enfin, après une cérémonie religieuse, où les anges eux-mêmes semblent lui faire fête, l'enfant pieuse, romanesque, ignorante, se trouve livrée à cet homme qui sait ce que c'est que l'amour, lui ! Que vont devenir les pudeurs, les rêves, les chastetés de la jeune fille, en retombant du ciel sur la terre ?
Dumas fils, l'Ami des femmes, 1864, IV, 9, p. 173, in T. L. F.
b Personne chaste.
6 Le monde n'est pas aux vicieux, comme se l'imaginent les chastetés torturées.
Bernanos, les Grands Cimetières sous la lune, p. 36.
2 Littér. (en parlant d'inanimés). Pureté. || La chasteté du ciel.
(Av. 1654). Littér., arts (vx). || La chasteté d'un style.
CONTR. Concupiscence, corruption, cynisme, débauche, dépravation, dissipation, immodestie, impudeur, impureté, incontinence, indécence, lascivité, licence, lubricité, luxure, sensualité, vice, volupté. — Obscénité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Chastete — Chasteté Allégorie de la chasteté Tableau de Hans Memling. La chasteté fait référence à un comportement sexuel jugé acceptable selon les normes éthiques d une culture, civilisation ou religion donnée. Sommaire …   Wikipédia en Français

  • chasteté — Chasteté. s. f. Vertu par laquelle on est chaste. Garder la chasteté. cela blesse la chasteté. chasteté conjugale. Il se prend quelquefois pour Une entiere abstinence du plaisir de la chair. Chasteté perpetuelle. faire voeu de chasteté. les… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • chasteté — CHASTETÉ. s. fém. Vertu par laquelle on est chaste. Garder la chasteté. Cela blesse la chasteté. Chastetéconjugale. [b]f♛/b] Il se prend quelquefois pour Une entière abstinence des plaisirs de l amour. Chasteté perpétuelle. Faire voeu de chasteté …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • chasteté — Chasteté, Castitas, Pudicitia, Castimonia. Une personne ne peut trop garder la chasteté de sa fille, Non nimis potest pudicitiam quisquam seruare suae filiae …   Thresor de la langue françoyse

  • Chasteté — Allégorie de la chasteté Tableau de Hans Memling. La chasteté consiste à s abstenir de toutes pratiques, de toutes pensées sexuelles immorales, et à faire preuve de retenue dans les plaisirs sexuels en général. La notion de chasteté varie plus ou …   Wikipédia en Français

  • chasteté — (cha ste té) s. f. 1°   Vertu des personnes chastes. La chasteté dans le mariage. •   La chasteté déjà, la rougeur sur le front, Avait chez les humains reçu plus d un affront, BOILEAU Sat. X.. 2°   Par extension, abstinence entière des plaisirs… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CHASTETÉ — s. f. Vertu par laquelle on est chaste. Garder la chasteté. Cela blesse la chasteté. Chasteté conjugale.   Il signifie quelquefois, Une entière abstinence des plaisirs de l amour. Chasteté perpétuelle. Faire voeu de chasteté …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CHASTETÉ — n. f. état de celui qui s’abstient en amour de tout plaisir illicite. Garder la chasteté. Chasteté conjugale. Par extension, Chasteté des yeux, des gestes, du style. Il signifie aussi Entière abstinence des plaisirs de l’amour. Chasteté… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • chasteté — Abstinence totale et définitive de tout plaisir charnel. Vertu morale, érigée en devoir irréfutable pour les prêtres catholique, édicté par le droit dit «canonique», c’est à dire la constitution de l’Eglise. le DICO de l amour et des pratiques… …   Dictionnaire de Sexologie

  • Chasteté chrétienne — Chasteté Allégorie de la chasteté Tableau de Hans Memling. La chasteté fait référence à un comportement sexuel jugé acceptable selon les normes éthiques d une culture, civilisation ou religion donnée. Sommaire …   Wikipédia en Français